Hydrogène > Générateur séparateur
 

Générateur séparateur hydrogène / oxygène

Les schémas d’électrolyseur que l’on trouve sur internet sont souvent des designs qui ne permettent pas de séparer le dihydrogène (H2) et le dioxygène (O2). Ils produisent alors un mélange stoquiometrique des deux gaz (souvent appelé HHO) qui est extrêmement explosif, donc dangereux à stocker et par conséquent non comprimable.

Je vais donc vous présenter le générateur que j’ai conçu. Il a été prévu pour être fabriqué par un particulier avec une imprimante 3D.

Dessin 3D

    

 

Entre les deux électrodes se trouve le séparateur, on peut utiliser une membrane polymère mais j’ai voulu essayer une autre technique en l’imprimant elle aussi. Le canal reliant les deux côtés est coudé ce qui permet le passage de l’eau et des ions, mais pas du gaz (c’est le même principe qu’un siphon).

 

  

Réalisation

Toutes les pièces du générateur ont été imprimées, on peut passer au montage. Pour commencer j’ai découpé les électrodes en inox. Pour les fixer sur les plots, un téton en plastique est fondu et bloque la plaque.

  

Les fils de raccord sont tous recouverts de silicone pour éviter la contamination de l’électrolyte par le cuivre. J’ai fixé le fil à la plaque avec un rivet (je n’ai pas réussi à le souder à l’étain). Pour faire sortir le fil du générateur j’ai utilisé un boulon avec un joint torique.

N’ayant pas de joints​ en caoutchouc j’ai scellé le séparateur et la deuxième partie avec du silicone (classique pour salle de bain)

   

Il ne reste qu’à laisser sécher et à tester ��

La colle silicone a fini de sécher, j’ai pu tenter le premier essai. Malheureusement tout ne s’est pas passé comme prévu … J’ai rempli le générateur d’un mélange d’eau et d’hydroxyde de sodium (NaOH) et avant d’avoir pu finir le remplissage, des fuites sont apparues. J’ai donc vidangé le générateur, c’est à ce moment qu’il a commencé à se disloquer complètement. En effet après quelques tests sur des échantillons, il apparaît que l’hydroxyde de sodium dissout le plastique PLA, je n’en avais jamais entendu parler.

Il faudrait donc utiliser un plastique plus résistant chimiquement comme l’ABS ou le nylon. Comme je ne peux pas imprimer ce genre de plastique avec mon imprimante, je pourrais refaire un essai avec une électrolyte moins corrosive (bicarbonate de soude par exemple).

Résultat du désastre, je vais sûrement faire une pause dans le projet, perdre des heures d’impression m’a un peu dégoûté …

 

Aricia - Le spécialiste internet du Jura

site créé avec Agestis , système de gestion de contenu